Si on évoque le nom de Robert Riblet peut être que cela vous dit quelque chose ?
Cet ingénieur à la retraite est depuis quelques années considéré comme la bête noire de l’entreprise publique car il accuse la Française des Jeux de pratiquer une tricherie sur l’ensemble de ses jeux de grattage et ce dans toute l’hexagone.
Pour appuyer sa thèse, il a dépensé plus de 30 000 euros en jeux à gratter et a démontré devant un huissier que la répartition des gains effectuée par la Française des jeux ne repose sur aucun système aléatoire, ce qui est en désaccord avec le décret de 1978.
Le protagoniste affirme que l’attribution des gains doivent être effectuées dans des conditions assurant l’égalité des chances de gagner le gros lot entre les joueurs avec le système aléatoire et hasardeux.

Les jeux de grattage légaux sont t-ils truqués ?

Arnaque aux jeux de grattageVoici le début des faits: C’est dans un café de l’Aisne que l’ingénieur à la retraite assista à une scène plutôt étrange.
Un joueur régulier devant le comptoir décide d’acheter une liasse de jeux de grattage et les grattent un à un devant Robert Riblet en espérant évidement toucher le gros lot.
Après des résultats décevant, le parieur décide alors de rendre au cafetier les tickets non grattés.

Une technique bien rodée:

Bien évidemment, ce dernier les a aussitôt remis en vitrine pour les revendre à un autre joueur sachant pertinemment que tous les lots sont perdants.
Par conséquent, le hasard n’entre plus en compte et les jeux seraient déjà joués d’avance.
Selon les dires de Robert Riblet, la Française des jeux a tenté d’acheter son silence moyennant une somme de 450 000 euros.
Le plaignant a refusé et mène depuis une dizaine d’années son combat contre la FDJ entreprise publique détenue à 100% par l’État qui détient le monopole des jeux de hasard en France.

Arnaque aux jeux de grattage

Vous pourrez aussi aimer